Premier bilan du Hara en pratique

Diagnostic du Hara en Shiatsu

Diagnostic du Hara en Shiatsu

Ca y est, ce qu’on attend depuis le début arrive. Non je ne parle pas de la science infuse (à mon regret d’ailleurs) mais du bilan du hara. Ce bel outil de diagnostic qui aide le praticien shiatsu à prendre une décision sur ce qu’il va travailler pendant la séance.
Bel outil certe,  mais pas évident a appréhender au début.

Il est vrai que jusqu’à maintenant je faisais des shiatsus génériques dont l’objectif était plus de m’entraîner à effectuer des pressions justes et à apprendre à me déplacer autour du receveur qu’à donner un”vrai’ shiatsu avec un but précis.
Avec l’intégration du bilan du hara en début de séance la donne a changée. Bon,  mes pressions et mes déplacements sont toujours à travailler et à améliorer mais il y a aussi tout le travail de la séance qui est déterminé par ce bilan.

Je dois bien avouer que la première fois que je l’ai effectué sur un receveur ça m’a plus perturbé qu’aidé. Je me suis sentie complètement perdu. Je ne sais pas si c’est dû au fait de sortir de mes petites habitudes de jeune shiatsuki, à l’habitude de faire les katas globaux sans réfléchir ou même à tout autre chose…  mais une chose est certaine, j’avais vraiment l’impression d’être perdu.
De plus, sans vraiment savoir pourquoi, je suis partie sur le travail d’un méridien que je n’avais absolument pas sentie lors du diagnostic du hara.

Je pense que c’est l’afflux d’informations au départ qui m’a perturbé. J’ai essayé de faire le lien entre le ressentie pendant le diagnostic,  le questionnaire du départ et surtout j’ai voulu analyser tout ça d’un point de vue MTC avant de démarrer le shiatsu.  L’effet est que ça a fait beaucoup trop de choses pour une première fois et que j’ai buggé.  Tout s’est mélangé et je n’ai rien pu en tirer… sinon un trouble certain (et une expérience malgré tout inintéressante et formatrice).
Le côté positif est que mon receveur n’a absolument pas senti ce trouble pendant la séance. Et surtout la fois d’après cela s’est beaucoup mieux passé. Je ne me suis pas autant posé de questions et j’ai laissé les choses se faire naturellement.
Encore une fois j’ai eu la preuve que réfléchir pendant une pratique n’est pas la bonne solution (chassez le naturel et il revient au galop ^^).

Donc maintenant, lors des bilans du hara,  je ne me prend plus la tête : si j’en titre quelque chose tant mieux, sinon je travail en fonction de mes conclusions lors du questionnaires de début de séance. Et si ce n’est pas non plus suffisant, alors je part sur un katas plus global de détente et tout va bien.

Et vous,  êtes-vous aussi passé par cette phase un peu déroutante lors du diagnostic  du hara?  Qu’avez vous fait pour la surmonter ? N’hésitez pas à me laisser un retour d’expérience dans les commentaires du blogs 🙂

 

Bon Shiatsu à tous

6 thoughts on “Premier bilan du Hara en pratique

  1. Très bel article, on y sent toute la confusion et les craintes du débutant, amis aussi l’envie de mieux faire, ou devrais-je dire l’envie de mieux ressentir, de mieux être!
    Pourrais-tu cependant, pour éclairer les non-avertis, écrire un article sur ce fameux bilan du Hara (photos ou documents à l’appui), comment tu t’y prends, le protocole suivi etc…
    Merci infiniment.
    Bonne pratique! Je sens que tu es sur la bonne Voie.
    On devrait l’appeler le Shiatsu DO! 😉
    Amicalement,
    Francesca

    • Merci Francesca pour ce gentil message encourageant 🙂
      Je m’attelerai à ta suggestion dés que ce sera un peu plus mur pour moi.
      Pour le moment je pense que c’est encore un peu tôt pour que je puisse poster un article sur ce sujet.
      A très vite ici ou ailleurs 😉
      David

  2. Merci pour tes impressions que je partage. Mon premier bilan du hara m a plus troublée qu aider. Mon mental lui était ravi de se nourrir de mes doutes. Finalement je laisse le hara du receveur me donner les informations qu il veut bien me transmettre. Juste en posant la main et écouter.
    A bientôt pour un autre week end shiatsu
    Marie laure

    • Oui les premiers sont parfois déroutants, quand aux suivants… ils peuvent parfois l’être aussi :p
      En fait ils le sont dés qu’on s’attend à trouver quelque chose et qu’on ne le trouve pas.
      Comme tu dis, on pose la main, on écoute et avec la pratique ça ira tout seul.

Leave a Reply