Questionnaire en Shiatsu

Questionnaire de début de séance

Questionnaire de début de séance

Le questionnaire… le questionnement du receveur avant de débuter la séance… Un vaste programme.
Vaste certes, mais à mon sens, hyper important et qui sert à plusieurs choses :
– Rassurer (si besoin) le receveur en lui expliquant ce qu’est le Shiatsu, ce que le praticien va faire et comment il va travailler
– Connaitre l’état de santé général du receveur, son état “à long terme”
– Savoir comment il va en ce moment
Et tout ça aussi dans le but de nous aiguiller et de pouvoir donner le meilleur Shiatsu possible, le Shiatsu dont le receveur à besoin.

Mais (car si je poste ceci c’est bien qu’il y a un mais) en ce moment je galère un  peu sur ce point : j’ai l’impression que je pourrais approfondir de beaucoup cette étape là, aller plus en profondeur dans le questionnement et dans l’analyse. Mais bon, pour l’analyse ça ira de mieux en mieux vu que je suis encore étudiant et que j’en apprend un peu plus chaque jour. Il ne faut pas que je mettes la charrue avant les bœufs non plus.

Dans le questionnaire j’aborde les thèmes suivants :
– La santé actuelle du receveur, comment il se sent, quelles sont ses activités
– Quelles sont ses douleurs et où elles sont situées
– Son passé médicale, etc…

Mais depuis quelques temps il me semble que quelque chose me manque dans cette étape. Non pas sur les questions à poser, mais plutôt sur :
– Ma capacité à faire en sorte que la réponse du receveur soit la plus complète possible et ne reste pas superficielle.
– Ma capacité à le guider et essayer de faire en sorte que le receveur n’omette rien.
Ce n’est pas si évident que ça en fait, entre les problèmes dont il ne parle pas car il est habitué à vivre avec, les vieilles cicatrices de toutes sortes qu’il a oublié ou que sais-je encore.
Bref, le shiatsu est un art, mais faire parler le receveur aussi (en tout cas pour moi 🙂 )

Bon, je me dis que si je me pose ces questions c’est déjà pas si mal, et que me rendre compte de cette lacune est la première étape pour la combler. Il ne me reste plus qu’à trouver comment maintenant.

D’ailleurs n’hésitez pas à laisser un commentaire sur le blog pour me faire part de votre expérience

 

Bon shiatsu à tous

David

2 thoughts on “Questionnaire en Shiatsu

  1. Entre ce que le client dit, ce qu’il pense et ce qu’il est il y a une multitude de nuances rarement cohérentes. Mais parfois on trouve aussi les informations dans le décalage entre ce que le client dit et ce qu’il montre malgré lui. Personnellement j’attache beaucoup d’importance à l’observation et ça commence dès que le client franchit ma porte. Dans tous les cas c’est la pratique de la méditation qui aide à cette écoute intérieure au delà de toutes les analyses ( presque toujours fausses ) que le mental cherche toujours à nous imposer pour nous rassurer. Personnellement plus je cherche et moins je trouve alors je fais abstraction de tout ça ( questionnaire, hara, kyo, jitsu ) et chose surprenante il y a toujours au moins au minimum un axe juste qui se dégage de lui même et après il suffit de tirer le fil. Voilà mon approche.

    • Bonsoir Jérôme,
      Effectivement, l’observation est très importante. D’ailleurs on a bien insisté pendant le cours sur le fait qu’il faut qu’on ait le “coup d’œil du maquignon”. Mais là aussi il me faut progresser sur ce point car si ce qui est flagrant me saute aux yeux (heureusement d’ailleurs), pour les signes un peu plus discret je passe encore à côté de pas mal de chose. Mais bon, ce n’est pas un point qui m’inquiète. Ça viendra avec la pratique et l’expérience.
      Sinon je suis bien d’accord avec toi : plus on cherche, plus on rencontre de difficultés.
      En tout cas merci pour ton retour d’expérience 🙂

Leave a Reply